Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 21:26

cohn-bendit_attaque.jpgVoici donc les premiers sondages du très sérieux magazine d’investigation et d’analyse politique, j’ai nommé PARIS MATCH !


Mais bon passons, Paris Match à commander un sondage à l’Ifop concernant les possibles résultats des élections régionales en Alsace.


L’un des points très positif de ce sondage est le fait que dans tous les cas, l’UMP perdrait ce dernier bastion de l’UMP.

Que ce soit face au PS ou à Europe Ecologie.


Richert ne ferait plus (pas ?) recette en Alsace !


Mais revenons sur le titre de cet article : Les écolos sont démago. Pourquoi donc ? Et bien tout simplement parce qu’ils incluent des propositions dans leur programme que la région DANS TOUS LES CAS ne pourra être en mesure de gérer. Prenons l’exemple le plus concret, la centrale nucléaire de Fessenheim.


C’est LE thème phare d’Europe Ecologie. Malheureusement, comme le rappelait un conseil régional en place actuellement, la région ne peut pas influer sur sa fermeture ou non car elle n’en a pas la compétence. Le nucléaire est un enjeu national, pas régional et encore départemental. Dire qu’Europe Ecologie souhaite la fermeture de cette relique nucléaire, c’est son droit ! D’ailleurs c’est également le souhait du PS et de sa tête de liste, mais dire qu’elle fermera Fessenheim si elle est à la tête de la région est un pur mensonge !


Autre point, Europe Ecologie se revendique être le seul parti politique à avoir une fibre verte ! Mais ils ne sont pas les seuls à prôner une gestion " verte " de la région. Le PS, par la voix de Jacques Bigot et de ses colistiers revendique une " sociale-écologie ", c’est à dire une économie écologique qui ne pénalise pas uniquement le quidam mais les plus gros polluers.


De plus, le PS s’oppose à des projets actuels qui touchent l’écologie. Par exemple le Golf de la Sommerau. Hérésie financière de plus de 5 millions d’euros cofinancé par la région, Une convention de financement a été signée le 5 février 2004 pour une subvention d’investissement de 1 370 000 €, à l’époque ! !. Voilà par exemple sur quoi le PS compte bien s’opposer pour éviter se marasme écologique sur prés de 80 hectares.


Les intentions de vote au premier tour


Si dimanche prochain devait se dérouler le premier tour des élections régionales, ici en Alsace, pour laquelle des listes suivantes y aurait-il le plus de chances que vous votiez ?

Ensemble (%)


La liste Lutte ouvrière conduite par Julien Wostyn 2

La liste du Nouveau Parti anticapitaliste 2.5

La liste du Front de gauche soutenue par le Parti communiste et le Parti de gauche conduite par Jean Yves Causer 1.5

La liste du Parti socialiste conduite par Jacques Bigot 18

La liste d’Europe Ecologie Alsace soutenue par les Verts, Régions et Peuples solidaires et le MEI conduite par Jacques Fernique 21

La liste du MoDem conduite par Yann Werhling 4

La liste de l’UMP et du Nouveau Centre conduite par Philippe Richert 34

La liste de la Force centriste Alsace / Alliance centriste conduite par Bernard Stoessel 2

La liste régionaliste " Alsace d’abord" conduite par Jacques Cordonnier 4

La liste du Front national conduite par Patrick Binder 11


Une autre liste –


A six semaines des élections régionales, la situation politique en Alsace, seule région métropolitaine détenue par l’UMP, s’avère tout à fait spécifique par rapport au contexte national : à gauche, la liste Europe Ecologie devance de 3 points la liste socialiste et confirme donc son succès des dernières élections européennes. Avec 34 % des intentions
de vote, la liste UMP-Nouveau Centre arrive toutefois en tête au premier tour, à un étiage équivalent à celui des derniers scrutins régionaux et ­européens. Cependant, faute de réserve de voix suffisante et compte tenu de la poussée de la gauche ainsi que de la présence probable de la liste FN (11 %) au second tour, la perte de cette région par la majorité présidentielle constitue, sur la base du rapport de force politique actuel, une hypothèse envisageable.

Frédéric DABI, directeur du département Opinions de l’Ifop

 

Les intentions de vote au second tour


Si dimanche prochain devait se dérouler le second tour des élections régionales, ici en Alsace, pour laquelle des listes suivantes y aurait-il le plus de chances que vous votiez ?

Hypothèse de triangulaire Europe Ecologie, UMP, Front national*


La liste d’Europe Ecologie Alsace, soutenue par les Verts, Régions et Peuples solidaires et le MEI, conduite par Jacques Fernique 44

La liste de l’UMP et du Nouveau Centre, conduite par Philippe Richert 43

La liste du Front national, conduite par Patrick Binder 13


* Hypothèse la plus probable compte tenu du rapport de force électoral mesuré dans la perspective du premier tour de scrutin.


Hypothèse de triangulaire Parti socialiste, UMP, Front national

La liste du Parti socialiste, conduite par Jacques Bigot 41

La liste de l’UMP et du Nouveau Centre, conduite par Philippe Richert 44

La liste du Front national, conduite par Patrick Binder 15

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 10:30

Crédits photo : Abaca

À la veille du conseil national de l'UMP, plusieurs listes, voire têtes de liste, étaient en souffrance.

Et si le conseil national de l'UMP n'était pas en mesure de valider, samedi matin, la composition de l'ensemble des listes pour les régionales ? À la veille de la réunion du «parlement» du parti majoritaire, l'hypothèse semblait de plus en plus probable. En cause, les difficiles tractations internes à l'UMP et celles, pas moins ardues, avec les partenaires de la majorité, qui attendent toutes un arbitrage de l'Élysée.

À quelques heures du conseil national, les réunions de concertation se sont multipliées. Jeudi soir, Nicolas Sarkozy, François Fillon et Jean-Claude Gaudin, président de la commission nationale d'investiture (CNI) de l'UMP et du comité de liaison de la majorité se sont retrouvés pour un nouveau point sur les dernières difficultés. Tout au long de la journée de vendredi, les tractations se sont poursuivies. Une nouvelle CNI est prévue samedi matin à 7h30, une heure et demie avant l'ouverture du conseil national, pour valider les ultimes arbitrages.

 

Des difficultés dans plusieurs départements

 

«À l'heure où je vous parle, les propositions faites ne respectent pas les promesses du président de la République et de l'UMP», assurait vendredi en fin d'après-midi un cadre du Nouveau Centre. Bluff de dernière minute ou menace sérieuse de présenter des listes autonomes ? Rue La Boétie, on n'envisage pas une seconde que ce puisse être le cas. «Nous serons prêts et nous présenterons toutes les listes métropolitaines», confirmait-on dans l'entourage de Xavier Bertrand.


Vendredi soir, les difficultés concernaient pourtant plusieurs départements encore, dont le Lot-et-Garonne, la Haute-Garonne ou la Vienne. «Je vais sortir la mitraillette», expliquait mercredi soir Jean-Pierre Raffarin, confronté à la grogne de certains élus poitevins. En Ile-de-France, le changement à la dernière minute de la tête de liste de Seine-Saint-Denis mécontente beaucoup dans les rangs de l'UMP sans rien régler avec les partis associés de la majorité et notamment le Nouveau Centre. Mais les problèmes perdurent également pour le premier tiers des listes (les places qui même en cas de défaite sont éligibles) à Paris, dans le Val-d'Oise ou le Val-de-Marne.


Dans les Yvelines, département de Valérie Pécresse, c'est le «pataquès». Le député de Versailles Étienne Pinte entend que sa circonscription soit représentée. Christine Boutin réclame également une place au nom du Parti démocrate-chrétien.

En Alsace, «la situation est folle», selon un membre de la commission d'investiture. La tête de liste UMP, «Philippe Richert, n'en fait qu'à sa tête, poursuit-il. Les menaces de dissidences deviennent importantes et la probabilité que l'on perde plus que sérieuse». Un comble pour cette région que l'Élysée couve du regard et qui était, avec la Corse, la dernière à rester à droite en 2004.


«Car, en plus des contraintes de représentation équilibrée des territoires, du respect de nos accords avec nos partenaires de la majorité, des règles de parité, des consignes pour le renouvellement et la promotion des minorités, il faut également faire avec quelques clients incontournables», explique un membre de la CNI. Les conseillers de l'Élysée sont de ceux-là et ils sont au moins trois : Éric Schahl en Alsace, Sophie Dion en Rhône-Alpes et Franck Louvrier dans les Pays de la Loire. Ils sont peut-être les seuls à avoir bien dormi cette nuit.

Jean-Baptiste Garat du Figaro.fr

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 18:48
Parti socialiste Bigot mise sur les agglomérations

Au centre, jacques Bigot et Antoine Homé, entouré par Dominique Hoeffel et Cléo Schweitzer. Photo Hervé Kielwasser

Tête de liste PS aux régionales, le président de la Communauté urbaine de Strasbourg (Cus), Jacques Bigot, a présenté hier, à Colmar, une liste représentant un large éventail,du centre à la gauche de la gauche.
Il n'y avait plus de surprise à attendre, Jacques Bigot ayant dévoilé les noms des candidats d'ouverture de sa liste -- dont la centriste Dominique Hoeffel -- vendredi dernier (L'Alsace de dimanche) . Une nouvelle fois, le président socialiste de la Cus a regretté que les écologistes aient refusé la main tendue avant le premier tour. « Nous ferons le bilan au soir du 14 mars, avec en ligne de mire cette question : l'alternance est-elle possible ? », a-t-il expliqué.

Un tiers de moinsde 40 ans
« Notre liste se place sous le signe du renouvellement et de l'expérience. La benjamine a 18 ans, le doyen (François Amoudruz, ancien déporté) 83 ans », a relevé Antoine Homé, tête de liste de la section haut-rhinoise, en précisant que le tiers des candidats a moins de 40 ans. La liste Jacques Bigot -- la mention « soutenu par le parti socialiste » est discrète -- fait la place belle aux représentants des agglomérations. Si dans le Bas-Rhin, Dominique Hoeffel -- que Bigot a failli appeler « Daniel » -- se dit « petite élue locale d'une petite commune », les numéros 3, 4, 5, 6, 8, 11, 13 et 14 sont originaires de la Cus ou de ses environs, avec une mention pour Alain Fontanel, numéro 3, adjoint aux finances de Strasbourg, vice-président de la Cus. Un quadra qui monte...

Côté Haut-Rhin, les trois premiers, tout comme les numéros 6 et 9, sont élus de l'agglomération mulhousienne, la 4e place étant occupée par une élue colmarienne. Les élus d'ouverture, maires de communes rurales, apparaissent à partir des 8e et 11e places. « Nous n'avons pas de femmes têtes de liste. Cela viendra un jour », a lâché Jacques Bigot, qui a tenu à mettre en avant les deux numéros 2, Dominique Hoeffel -- qui dit n'avoir jamais été encartée dans un parti -- et Cléo Schweitzer. L'élue mulhousienne d'opposition a rappelé défendre l'écologie depuis l'époque où elle militait chez les Verts. Et d'insister sur « la réduction des inégalités face à l'enjeu écologique ».

Pour sa part, le Haut-Rhinois Antoine Homé a mis en avant l'expérience de la tête de liste régionale, Jacques Bigot, qui « dirige depuis deux ans avec succès la plus grande collectivité d'Alsace et qui peut incarner la Région avec succès ». Quid du cumul ? En cas de victoire, le président de la Cus -- qui devra quitter la mairie d'Illkirch -- « abordera la question de la gestion de la Cus avec le maire de Strasbourg, Roland Ries ».

Yolande Baldeweck Bas-Rhin : Jacques Bigot (sortant), Dominique Hoeffel, Alain Fontanel, Anne-Pernelle Richardot (s.), Jean-Marc Willer, Martine Jung (s.), Pierre Mammosser (s.), Nathalie Jampoc-Bertrand, Emmanuel Recht, Marie-Madeleine, Iantzen (s.) Haut-Rhin : Antoine Homé (s.), Cléo Schweitzer, Michel Cheray, Victorine Valentin, Frank Dudt, Malika Ben'Mbarek, Bernard Laplagne, Josiane Bigel, Thierry Sother, Daniel Rubrecht... Listes complètes sur le site www.lalsace.fr

© L'alsace, Vendredi le 29 Janvier 2010
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 18:33

http://psregionalsace.parti-socialiste.fr/files/jacques_bigot-1f64d1.jpgJe suis candidat à la présidence de la Région pour porter le message d’une Alsace unie, juste et croyant en son avenir économique, social et culturel.

Notre région a des forces, des atouts, des énergies qui ne demandent qu’à s’exprimer pour peu que nous sachions rassembler les talents et les volontés autour d’un projet ambitieux et de politiques déterminées.


C’est ce rassemblement pour l’emploi, pour le développement économique, en faveur de la préservation de notre environnement, de nos ressources naturelles, r

 

 

echerchant un aménagement du territoire garantissant l’équilibre entre tous nos territoires qui guideront l’action que j’entends conduire avec vous et pour vous.

 

 


L’Alsace est une terre d’avenir, en premier lieu pour notre jeunesse et nos enfants, à qui nous devons offrir les meilleures conditions d’éducation et de formation afin de leur donner les meilleures chances de réussite.


L’Alsace est aussi une terre de solidarité et de générosité, où chacun a sa place et son rôle à jouer, ouverte sur le monde tout en revendiquant

une identité et un caractère, qui la rendent unique et identifiable dans notre société mondialisée.

Cette ambition et cette volonté, je veux, avec les femmes et les hommes qui m’accompagnent, la partager avec chacun de vous les 14 et 21 mars prochains.


Jacques Bigot

 



Jacques Bigot est avocat, marié et père de trois enfants. Son engagement citoyen s’est d’abord exprimé dans la défense des consommateurs. Il préside aux destinéesde leur Chambre régionale jusqu’en 1993. À ce titre il créele premier poste d’éco conseiller dans notre région et donne une dimension transfrontalière aux droits des consommateurs.


Élu maire d’Illkirch-Graffenstaden en 1995, ses mandats successifs sont marqués par une forte action dans les domaines de l’enfance, de l’urbanisme et du logement, et de la culture.

À partir de 2001, il engage sa ville, avec l’apport déterminant de Philippe Carbiener, dans une démarche environnementale extrêmement ambitieuse qui fait d’Illkirch-Graffenstaden, selon la presse, " la bonne élève alsacienne du développement durable " et " un petit Fribourg ".

Son engagement régional débute en 1998 et se poursuit en 2004 où il conduit la liste Verts-PS. Il préside depuis au Conseil régional l’intergroupe des élus Verts et Socialistes.


De 1995 à 1998, il s’engage à la Communauté urbaine auprès

de Catherine Trautmann et Roland Ries, en prenant notamment le développement économique de l’agglomération.

Il devient en avril 2008 le premier non strasbourgeois à accéder à la présidence du Conseil de communauté, au lendemain de l’élection de Roland Ries comme maire Strasbourg.

 


Numéro 2 sur la liste :

 

 

Dominique

HOEFFEL

 


Mariée, un enfant.

Docteur en droit.

J’ai été chargée de mission au Conseil régional d’Alsace de 1987 à 1995 (au CESA – Conseil Économique et Social d’Alsace – et au cabinet de Marcel Rudloff). De 1997 à 2004, j’ai été assistante parlementaire de Daniel Hoeffel.

Je suis avocat au barreau de Strasbourg depuis l’an 2000 et maire d’Handschuheim depuis 2008.

De sensibilité centriste, je suis particulièrement attachée à ce que l’Alsace puisse, dans les années à venir, bénéficier d’un aménagement du territoire équilibré et novateur, marqué par la volonté de préserver, à côté des zones urbaines, la vitalité des territoires ruraux, d’un développement économique durable et solidaire, d’une insertion dynamique de l’Alsace au sein du Bassin Rhénan. En tant que maire de Handschuheim, je serai soucieuse, en particulier, d’assurer à notre secteur géographique et à nos communes leur juste place dans les perspectives d’avenir de l’Alsace.

J’aurai à coeur de veiller à une politique d’investissement public, respectueuse de l’environnement.

 


Numéro 3 sur la liste :

Alain

FONTANEL

 


41 ans, marié, un enfant.

Magistrat à la Cour des comptes, je suis économiste de formation.

Élu au conseil municipal de Strasbourg en 2008, je suis adjoint au maire chargé des finances et de l’évaluation des politiques publiques.

J’exerce les mêmes responsabilités à la communauté urbaine de Strasbourg en tant que vice président.

 


Numéro 4 sur la liste :


Anne-Pernelle

RICHARDOT

 


38 ans, vie maritale, trois enfants.

Attachée parlementaire de Catherine Trautmann, actuellement en disponibilité. Adjointe au maire de Strasbourg en charge du conseil consultatif, de l’accueil population et du funéraire. Conseillère régionale sortante.

 


Numéro 5 sur la liste :

Jean-Marc

WILLER

 


42 ans, marié, trois enfants.

Je suis ingénieur en environnement, spécialisé dans le domaine de l’eau et de la gestion des déchets.

Élu au conseil municipal d’Erstein en 2001, j’ai été adjoint au maire de 2002 à 2008 en charge du développement économique de cette commune " rurbaine" de 10 000 habitants.

Je suis élu maire de la Ville d’Erstein depuis mars 2008, et vice président de la communauté de commune du Pays d’Erstein en charge du développement économique.

 


Numéro 6 sur la liste :

Martine

JUNG

 


58 ans, née à Mulhouse (68), je suis institutrice.

J’ai été conseillère régionale d’Alsace de 2004 à 2010. De 1995 à 2001, conseillère municipale et communautaire de Strasbourg et de 1996 à 2001 : adjointe de quartier (Koenigshoffen, Montagne-verte, Elsau).

Depuis 2008, je suis conseillère municipale et communautaire de Strasbourg.

 


Numéro 7 sur la liste :

Pierre

MAMMOSSER

 


59 ans, marié, deux enfants.

Conseiller technique au cabinet du maire de Strasbourg et du président de la communauté urbaine de Strasbourg depuis le 20 avril 2008.

Je suis maire de Soultz-sous-Forêts et vice président de la communauté de communes du Soultzerland depuis les élections municipales de 2008. À ce titre je suis également membre du bureau de l’ADEAN (l’Association pour le DÉveloppement en Alsace du Nord qui est la structure de support du pays) et du SCOTAN (Schéma de COhérence Territoriale de l’Alsace du Nord).

 


Numéro 8 sur la liste :

Nathalie

JAMPOC-

 

BERTRAND

 


37 ans, mariée, deux enfants.

Aujourd’hui professeur d’histoire-géographie en ZEP (Neuhof) par engagement. Je porte un intérêt fort pour les questions du développement durable, de la démocratisation culturelle et du spectacle vivant.

Je suis adjointe au maire en charge de la culture à Schiltigheim depuis mars 2008.

 


Numéro 9 sur la liste :

Emmanuel

RECHT

 


31 ans - Juriste de formation (Droit public) - Cadre dans une entreprise de formation et de conseil.

Conseiller municipal de Schaffhouse-sur-Zorn (350 habitants) depuis 2008.

Conseiller communautaire (avec le maire) à la communauté de communes du Pays de la Zorn.

Membre de différentes associations culturelles, sportives et caritatives sur le secteur de Hochfelden.

Ancien responsable syndical étudiant (UNEF-ID et UNEF) et ancien administrateur étudiant du CROUS de Strasbourg.

 


Numéro 10 sur la liste :

Marie-Madeleine

IANTZEN

 


57 ans, mariée, un enfant.

Retraitée, je fais tout particulièrement de l’accompagnement des personnes en fin de vie.

Depuis toujours fortement impliquée dans la vie associative.

Ma fibre sociale s’exprime totalement dans mon mandat d’élue en tant qu’adjointe au maire au CCAS où je peux privilégier pleinement mon attachement aux relations humaines.

Syndicaliste, responsable du syndicat des retraitées aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, affiliée à une importante fédération de la santé.

Élue conseillère régionale en avril 2004.

 


Numéro 11 sur la liste :

Rémi

BARILLON

 


43 ans, marié, trois enfants.

Professeur à l’Université de Strasbourg, Faculté de chimie.

Candidat PS-Verts aux élections cantonales de Wasselone en 2004. Suppléant de Madeleine Iantzen aux élections législatives de 2007 (6e circonscription).

 


Numéro 12 sur la liste :

Mireille

BIMBOES

 


48 ans, mariée, deux enfants.

Élue conseillère municipale en 1995, conseillère municipale déléguée en 2001, j’exerce la fonction d’adjointe au maire de Scherwiller depuis 2009 (commune de 3 050 habitants depuis le 1er janvier 2010). J’ai en charge le domaine de l’éducation, du sport et des associations culturelles et sportives.

 


Numéro 13 sur la liste :

Raymond

SCHWEITZER

 


49 ans, marié, un enfant.

Dirigeant d’entreprises dont la plus importante est Stacco SA - Pdg- Société Leader National des équipements scéniques, mais aussi dirigeant des sociétés Fascen, Access, Profeel, Event Cook, L’Agence, Free Lance.

Conseiller municipal d’Achenheim depuis deux mandats. 3

e en cours.

 


Numéro 14 sur la liste :

Zoubida

NAILI

 


48 ans, je suis née en Algérie, de nationalité française, j’ai 4 enfants.

Chargée de mission Politique de la Ville à la Communauté urbaine de Strasbourg depuis novembre 2000. Membre CFDT depuis des années.

Candidate aux élections législatives en 2007 sur la 3e circonscription avec pour suppléant Emmanuel Jacob.

Candidate aux élections cantonales en 2008 avec pour suppléant Didier Renaudet de Hoenheim.

 


Numéro 15 sur la liste :

Gérard

DOUVIER

 


63 ans, marié, deux enfants.

Attaché territorial retraité.

Maire de Barembach depuis 1995.

Vice Président du SIVOM de la Vallée de la Bruche.

Président du Syndicat forestier Russ Barembach.

Membre du bureau de la COM COM Haute Bruche.

Vice Président de l’Amicale des maires du Canton de Schirmeck.

 


Numéro 16 sur la liste :

Christiane

HAMMAN

 


58 ans, mariée, un enfant.

Enseignante à l’Université de Haute Alsace, Vice-Présidente à la communauté des communes de Sélestat, chargée du développement local et des actions de solidarité de 1989 à 2001.

Adjointe au maire à Sélestat, chargée de l’Action Sociale de 1992 à 1995.

Conseillère municipale à Sélestat de 1989 à mars 2008.

 


Numéro 17 sur la liste :

Bruno

FREYERMUTH

 


45 ans, technicien à Réseau GDS (anciennement Gaz de Strasbourg), responsable syndical CFDT/ Représentant du personnel,

secrétaire adjoint du CE, représentant du personnel au CA.

Conseiller municipal d’Obernai (depuis 1995).

Conseiller communautaire du Pays de Sainte-Odile (depuis 2008).

 


Numéro 18 sur la liste :

Sandrine

RATH

 


40 ans, un enfant.

Je suis cadre au relais emploi de Strasbourg et adjointe au maire de Vendenheim en charge des affaires scolaires et de la jeunesse.

 


Numéro 19 sur la liste :

Gérard

LAVAUPOT

 


60 ans, technicien opérationnel forestier,

vice-président de l’agence de tourisme de l’Alsace Bossue, trésorier de l’association La Grange au Paysage.

 


Numéro 20 sur la liste :

Liliane

TETSI

 


Agent de maîtrise, déléguée syndicale centrale en entreprise, défenseur syndical auprès des prud’hommes, présidente d’associations.

Militante dans une association de théâtre Forum.

Membre du conseil d’administration d’une association s’occupant des femmes en difficulté

 


Numéro 21 sur la liste :

Rémy

VETTOR (section PS SAVERNE)

 


44 ans.

Comptable dans le secteur agricole. Membre de l’association des producteurs de fruits du canton de Bouxwiller et trésorier du comité des fêtes de Dossenheim sur Zinsel.

 


Numéro 22 sur la liste :

Géraldine

CANET

 


39 ans, conceptrice maquette et identité visuelle aux Dernières Nouvelles d’Alsace. Membre du bureau de l’Union européenne des Fédéralistes Alsace et membre de l’association Femmes 3000 Alsace.

J’ai été candidate aux élections cantonales de 2008 sur le canton de Seltz.

 


Numéro 23 sur la liste :

Ali

BAHADIR

 


30 ans, un enfant.

Juriste dans une organisation internationale.

 


Numéro 24 sur la liste :

Christelle

HAMM

 


Étudiante en Master Science politique et sociale (2009/2010).

Conseillère municipale à Lingolsheim depuis 2008.

 


Numéro 25 sur la liste :

Alain

CAPS

 


62 ans, marié, trois enfants.

Retraité, conseiller municipal d’Eschau depuis le 15 mars 2008.

Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. (JO du 15 Novembre 2008).

 


Numéro 26 sur la liste :

Clarisse

CHABOD

 


19 ans, étudiante.

 


Numéro 27 sur la liste :

François

AMOUDRUZ

 


83 ans.

Ancien déporté, officier de la légion d’honneur,

médaillé de la Résistance.

 

 

Colistiers de rassemblement

68

Place sur la liste : 1

Antoine

HOMÉ

 


45 ans, marié, deux enfants.

Je suis Magistrat financier en détachement.

Après avoir été Adjoint à partir de 1995, je suis maire de la ville de Wittenheim depuis 2002.

Depuis mars 2004, je suis Conseiller Régional d’Alsace et fait partie de l’intergroupe PS/Verts.

Je siège également dans des organismes nationaux comme le Comité des finances locales et le Comité Directeur de l’Association des maires de France.

Adhérent du Parti Socialiste depuis 1996, je suis membre du Conseil National et Président de l’Union départementale des élus Socialistes et Républicains du Haut-Rhin (UDESR 68).

 


Place sur la liste : 2

Cléo

SCHWEITZER

 


Je suis élue au Conseil Municipal de Mulhouse depuis 2001. Persuadée que nous pouvions gagné les dernières élections municipales, j’ai occupé la 2e place sur la liste de Pierre Freyburger dont je suis la suppléante au Conseil général. Passionnée par l’écologie et l’environnement, mais aussi par tout ce qui incarne l’innovation, je m’engage dans cette bataille électorale avec le souci de pouvoir proposer des mesures adaptées aux attentes des Alsaciens. Ma profession actuelle me rappelle chaque jour combien l’Homme est fragile : c’est encore plus vrai dans notre contexte de crise économique, sociale et écologique.

 


Place sur la liste : 3

Michel

CHERAY

 


53 ans, marié, père d’une fille, consultant en arts graphiques.

Entré en politique en 1985, conseiller municipal de Kingersheim en 1989, depuis 2001 adjoint au maire en charge des Sécurités.

Élu en 2004 conseiller communautaire de la CAMSA et depuis début janvier 2010 conseiller communautaire de Mulhouse Alsace Agglomération.

 


Place sur la liste : 4

Victorine

VALENTIN

 


Née en Espagne, manageur du service Caisses, Corafinances et de "La Garderie" à Cora Colmar Houssen (soit environ 160 personnes exerçant 8 métiers différents).

Élue conseillère municipale depuis novembre 2008.

 


Place sur la liste : 5

Franck

DUDT

 


30 ans.

Je me suis présenté aux cantonales de 2004 dans le canton de Masevaux et j’ai mené une liste aux municipales de Masevaux en mars 2008. J’ai aussi siégé au Conseil de développement du Pays Thur-Doller pendant 3 ans.

Je suis directeur de cabinet du maire de Wittenheim depuis 2008. Précédemment j’étais chauffeur de bibliobus au Conseil général, mais aussi intérimaire dans le transport ou l’industrie.

 


Place sur la liste : 6

Malika

BEN’MBAREK

 


Mariée, deux enfants

Conseillère en insertion socioprofessionnelle auprès des jeunes en difficultés (16-25 ans).

Militante syndicale CFDT et conseillère prud’homale (section activités diverses) au conseil des Prud’hommes de Mulhouse.

Conseillère municipale à Mulhouse.

 


Place sur la liste : 7

Bernard

LAPLAGNE

 


64 ans

Inspecteur de l’Éducation nationale en retraite.

Adjoint maire de Guebwiller, en charge de la culture.

 


Place sur la liste : 8

Josiane

BIGEL

 


54 ans, mariée, un enfant.

Je suis cadre administratif – DGFIP – Cité administrative de Colmar.

De 1995 à 2001, je suis 3e adjointe au maire de la commune de Widensolen.

De 2001 à 2008, je suis 1ère adjointe au maire (j’avais obtenu le meilleur score et les concitoyens souhaitaient que je sois maire mais je ne m’étais pas présentée en tant que tel) Puis en mars 2008, je deviens maire de ma commune.

Je suis également 6e vice-présidente de la COMCOM du Pays de Brisach en charge de l’animation du territoire (21 communes + de 20 000 hbs)

J’ai été près de 15 ans secrétaire adjointe départementale (68) du syndicat SNUI(Syndicat National Unifié des Impôts)- syndicat autonome (actuellement FDSU) avec environ 200 adhérents.

J’ai toujours considéré qu’il y a des personnes très bien dans beaucoup de partis politiques et je suis pour la liberté et rapprochement des idées et non pour des querelles politiques.

 


Place sur la liste : 9

Thierry

SOTHER

 


27 ans, benjamin des candidats, je suis passionné par les questions d’actualités ainsi que par les réponses des services publique, je me suis engagé depuis dix ans dans l’action militante. Un engagement pour aller vers les autres, être au service de la solidarité et du progrès social. J’ai dirigé plusieurs campagnes électorales, notamment celle des dernières élections municipales à Mulhouse avec Pierre Freyburger. Je suis conseiller municipal de Mulhouse depuis mars 2008 et je m’occupe plus particulièrement d’urbanisme et de nouvelles technologies.

Depuis de nombreuses années j’ai été impliqué dans diverses associations le "carnaval de Mulhouse", le " Théâtre alsacien de Mulhouse", ou encore la compagnie de théâtre les "Aspir’acteurs" où j’endosse les habits de comédiens et d’administrateur général, je suis également membre du conseil d’administration de la MJC Espace 110 d’Illzach et également de celui de l’Opéra national du Rhin.

 


Place sur la liste : 10

Daniell

RUBRECHT

 


Militante syndicale (CFDT santé/sociaux) depuis 1979 -mandats locaux et nationaux en particulier dans le secteur droit du travail et formation professionnelle.

Je suis élue en tant que 2e adjointe au maire en charge de l’état civil des affaires sociales / solidarité/ ainés et affaires militaires notamment de la commune de Turckheim.

Directrice d’association à vocation sociale oeuvrant pour la mise en oeuvre et le respect du droit des enfants et des parents

 


Place sur la liste : 11

Claude

CENTLIVRE

 


58 ans, marié, deux enfants.

Entré dans l’Éducation nationale en 1968 en tant que normalien, ma carrière s’est déroulée de façon linéaire. J’ai cependant toujours cherché à faire évoluer ma pratique, à progresser dans ma réflexion et dans ma fonction. Ce qui m’a amené rapidement à acquérir des connaissances et des compétences nouvelles, en devenant directeur d’école puis maître formateur, directeur d’école d’application puis conseiller pédagogique. Enfin, sollicité par mon inspecteur d’académie, j’ai assuré les fonctions d’IEN dans le Bas-Rhin.

Je suis depuis 2005 jusqu’à aujourd’hui, conseiller pédagogique, adjoint de l’inspecteur de l’Éducation nationale à Mulhouse, puis Colmar.

En 2001, je suis conseiller municipal dans l’équipe de Pierre Hussherr, maire d’Eguisheim et en 2008 je suis élu maire d’Eguisheim.

 


Place sur la liste : 12

Audrey

SCHITTLY

 


32 ans, mariée, deux enfants.

J’habite à Retzwiller, je suis infirmière dans le secteur public depuis 2001 et exerce actuellement au centre hospitalier d’Altkirch en service de médecine.

Au sein de la mairie de Retzwiller, c’est mon premier mandat en temps que conseillère municipale.

 


Place sur la liste : 13

Philippe

BASLER

 


Né à Colmar il y a bientôt 31 ans, originaire de Soultz, je me suis installé il y a 6 ans dans le sud de notre département. Impliqué dans le monde associatif depuis plus de 10 ans auprès des jeunes de divers clubs sportifs de la région, je suis également directeur d’école pour la septième année. Cette envie d’être utile aux autres en restant fidèle à mes convictions m’a permis d’être élu conseiller municipal à Kembs lors des élections de 2008 et de siéger dans de nombreuses commissions communales, intercommunales et départementales. Militant socialiste depuis juin 2008, j’espère pouvoir apporter mes compétences à ce nouveau projet…

 


Place sur la liste : 14

Nadia

EL HAJJAJI

 


32 ans.

Conseillère en insertion professionnelle depuis 7 ans, j’accompagne les demandeurs d’emploi dans leur stratégie de recherche d’emploi mais également à la validation et/ou concrétisation de leur projet de formation.

Auparavant, j’effectuais des interventions dans le cadre de la lutte contre l’illettrisme en milieu carcéral et je menais des cours de socialisation pour les personnes étrangères.

 


Place sur la liste : 15

Jean-Luc

BARBERON

 


53 ans, marié, deux enfants.

Je suis directeur de la SEGPA (Section d’Enseignement Général et Professionnelle Adaptée).

Je suis maire de Guewenheim depuis 1998 et vice-présidentde la communauté de communes de la Vallée de la Doller et du Soultzbach depuis 2001. J’apprécie le rassemblement auquel Jacques Bigot et Antoine m’ont convié.

 


Place sur la liste : 16

Marie Jeanne

TAUREAU

 


56 ans, née en Italie, mariée, deux enfants.

Projeteur mécanique (en bureau d’études) dans une TPE !

Adhérente CFDT métallurgie depuis 1975.

Parents d’élèves FCPE jusqu’à la fin de la scolarisation des filles.

Conseillère municipale à Wittelsheim depuis 2008.


Place sur la liste : 17

Julien

ERNST

 


28 ans, un enfant.

En 2006, je deviens Attaché du groupe des élus socialistes et républicains au Conseil Général. J’ai été élu secrétaire de la section de Colmar en novembre 2007 et réélu à ce poste après le congrès de Reims. Au niveau local, je suis engagé dans une association culturelle qui organise annuellement la Fête des Rues et dans une association de petite enfance (halte-garderie associative).

 


Place sur la liste : 18

Régine

ORSATI

 


67 ans, née à Marseille.

Je suis masseur-kinésithérapeute en retraite.

J’ai été conseillère municipale à Ste Croix au Mines de 1989 à 2001 et à nouveau depuis mars 2008.

 


Place sur la liste : 19

Philippe

BARRILLON

 


41 ans, marié, deux enfants. Consultant.

Membre de plusieurs associations (parents d’élèves, associations de quartier, associations culturelles).

 


Place sur la liste : 20

Brigitte

LAGAUW

 


53 ans, mariée, deux enfants.

En 2001, je deviens conseillère municipale. En 2003 déléguée à la CAMSA, qui est depuis 2010 la MAA.

Depuis 2008, je suis adjointe au maire de Wittenheim en charge de l’État civil / population /sécurité / et urbanisme des particuliers.

Je suis chargée de relation clientèle depuis mai 2009.

 

 

Place sur la liste : 21

Pierre

FREYBURGER

 


58 ans, conseiller municipal de Mulhouse, conseiller général du Haut-Rhin.

En 1983, j’entre au Conseil municipal de Mulhouse sur une liste conduite par Jean-Marie Bockel. En 1988, je suis élu au Conseil général dans le canton ouest de Mulhouse, confiance qui m’a été renouvelée par les citoyens en 1994 et en 2001. Depuis, je préside au Conseil général la commission " Politique de la Ville et insertion " et assure le suivi des clubs de prévention spécialisés dont les moyens ont été renforcés. En 1989 Jean-Marie Bockel, élu maire, me confie le poste d’adjoint au maire de Mulhouse, en charge des dossiers dits de " la politique des quartiers ". De 1999 à 2004, je préside Mulhouse Habitat et engage la réflexion sur le nouveau logement social dont les premiers résultats sont aujourd’hui visibles à la cité Wagner. En 1997, puis en 2002, Jean-Marie Bockel me choisit pour être son suppléant aux élections législatives. Depuis 2003, j’ai en charge le développement de l’accueil périscolaire au sein de la CAMSA ainsi que les politiques d’Éducations et des Cultes en tant qu’adjoint au maire de Mulhouse. Je suis aujourd’hui Conseillé municipal de Mulhouse, chef de fil du groupe socialiste et républicains, mais aussi Conseiller général du Canton de Mulhouse Ouest, où j’ai été ré-élu dès le premier tour en 2008.

 


Place sur la liste : 22

Monique

MARCHAL

 


Je me suis engagée en politique en 1993. J’étais sur la liste " Europe Écologie" menée par Roger Winteralter. De 1995 à 2001 j’ai siégé au CM de Colmar dans l’opposition. J’étais 2e de la liste de gauche " Rassemblés pour Colmar ", menée par Serge Rosenblieh. En 2001, je suis devenue leader du groupe d’opposition " Rassemblés " jusqu’en 2008, où j’ai souhaité ne plus se représenter.

En 2004, j’ai été élue au Conseil Régional (4e de la liste).

Aujourd’hui, ma présence sur la liste marque tout le soutien que j’apporte à Antoine Homé pour la victoire du parti socialiste. Mes combats restent toujours la défense des Droits de l’Homme et celle de la protection de la nature

 

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 17:43

http://www.accf.com/images2/region-france.gifAhhhh enfin un sondage qui fait plaisir à lire. Après un sondage réalisé par téléphone par l’Ifop pour Paris Match, les listes de Gauche totaliseraient la bagatelle de 51 % des intentions de vote au premier tour des régionales, contre seulement 36,5 % pour la droite et l’extrême droite.


De son côté, Europe Ecologie totaliserait 13 % des intentions de vote. Les listes du Front de gauche recueillent 5%, celles du NPA 3% et celles d'alliance NPA et Front de gauche ou Parti de gauche 1%. Lutte ouvrière obtient 2%.

Quand aux listes UMP/Nouveau Centre, elles sont à 27%, le Front national à 8,5%, et les listes divers-droite à 1%.
Le Modem arrive à 6,5% des intentions de vote.


"Toutes les régions"

 

 

Martine Aubry

a estimé mardi que le Parti socialiste (PS) pouvait "gagner toutes les régions" "parce que les Français aujourd'hui (...) font confiance" au PS. Elle a expliqué que "les régions ont fait du bon travail".

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 21:13
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 18:22
Samedi 9 janvier 2010

Jacques BIGOT tête de liste aux élections régionales, accompagné d’Antoine HOMÉ, maire de Wittenheim et conseiller régional ont rencontré les responsables syndicaux de l’usine Hymer France à Cernay.

Ils ont fait le point sur la situation inquiétante pour les 190 salariés de l’entreprise et ont notamment débattu des derniers évènements en date sur le site de Cernay.

Jacques BIGOT s’est particulièrement étonné du manque de concertation entre la Direction et les représentants syndicaux et regrettent que malgré les signaux d’alerte envoyés depuis 2005 par les représentants du personnel, les pouvoirs publics n’aient pas pu anticiper la situation actuelle.

Jacques Bigot a été impressionné par l’engagement et l’attachement des salariés à leur entreprise et entend suivre l’évolution de ce dossier.

L'Alsace ne peut pas rester indifférente à la situation d'une entreprise implantée ici depuis 1970. Elle a procuré à ses actionnaires une grande satisfaction financière durant des années.

Aujourd'hui, la stratégie de ce groupe allemand consiste à abandonner cet outil de production au mépris de l'avenir des salariés avec lesquels aucun dialogue n'a été institué.


Partager cet article
Repost0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 15:12

Ce sondage BVA intervient alors que le Bureau national du PS a finalisé ses listes en validant les dernières, celles de l'Indre et du Var.

41% des Fra

41% des Français souhaitent un président de région de gauche. (Reuters)


Selon

 

un sondage

BVA-Orange-L'Express-France Inter publié mardi 15 décembre, 41% des Français veulent que leur région soit présidée par la gauche. 35% souhaitent que la droite gagne les élections et 24% ne se prononcent pas. Si l'on exclut les catégories NSP, 54% des personnes interrogées désirent voir la gauche remporter les élections contre 46% pour la droite. Dans les catégories sociales supérieures, 60% sont pour la gauche contre 40%. Les catégories sociales populaires préfèreraient un président de région de gauche à 64% (36% pour la droite). Seuls les inactifs se prononcent en faveur de la droite, à 59% (41% pour la gauche).

Le PS a finalisé ses listes


Ce sondage intervient alors que le Bureau national du PS a finalisé mardi ses listes, en validant les dernières, celles de l'Indre et du Var. Elles étaient restées en suspens samedi lors de la Convention nationale de la ratification, en raison de divergences entre équilibres nationaux et choix locaux.
Christophe Borgel, secrétaire national du PS aux élections, a indiqué à l'AFP que le bureau national avait examiné ces deux cas : "on a validé la liste du Var et fait une modification à celle de l'Indre". "Au total, on aura fait trois modifications sur 700 places éligibles" en France, a-t-il fait valoir. "Dans l'Indre, la motion A (menée par Bertrand Delanoë au congrès de Reims) avait choisi Manuel Flam, secrétaire de la section de Châteauroux, non retenu par la Fédération. On a choisi de ratifier la liste avec Manuel Flam en troisième position", a expliqué Christophe Borgel.
Pour le Var, le PS a validé "la liste telle qu'elle avait été ratifiée par les adhérents" avec en tête Robert Alfonsi, vice-président de PACA. Jusque là, il y avait l'éventualité d'une arrivée de Razzy Hammadi.

Sondage réalisé par téléphone les 11 et 12 décembre 2009, auprès d'un échantillon national représentatif de 983 personnes âgées de 18 ans et plus.

(Nouvelobs.com avec AFP)

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 07:53

Mon dieu ! En regardant cette vidéo ce matin je me suis dis "c'est pas possible, c'est une connerie, ils nous prennent vraiment pour des écervelés?"

Rendez vous comptes, une brochette de sinistres de l'UMP, un porte parole, un dépité, une dépité eurpéenne et même Gilbert Montagnier qui conduit une voiture !!!! L'exemple type de la politique de l'UMP...une conduite à l'aveugle qui va nous mener droit dans le mur !!!!

  
Pour confirmer qu'ils se foutent overtement de nous,dans cette vidéo il y a même F
rédéric Lefebvrebull terrier qui vous envoie un cœur avec ses mains.
Ces images existent bien. Le lipdub de la campagne de l’UMP pour les régionales a été dévoilé mercredi soir
par le blogueur Guy Birenbaum.

Le chroniqueur grille du même coup la priorité au parti présidentiel qui avait prévu de présenter sa vidéo vendredi, après avoir mis en ligne un simple teaser la semaine dernière.

Sur le libdub, on aperçoit aussi, entre autres : Xavier Darcos qui fait de grands cercles avec ses bras ou encore Eric Besson qui enlace deux jeunes filles…

Regardez la vidéo, extraite de l'émission "Sarko Info" de Karl Zéro sur BFMTV :

 


 

Les lipdubs, ce sont ces vidéos où chantent en playback des jeunes, des employés ou des militants. Ici, candidats aux régionales, membres de l’UMP et ministres entonnent un ancien tube de Luc Plamondon, composé en 1976 et intitulé Tous ceux qui veulent changer le monde.

La plupart des scènes ont été tournées à Seignosse, dans les Landes, lors du campus d'été du parti qui s'était déjà donné comme slogan le titre de la chanson du parolier québecois.

"Dans un chant de fraternité", entame ainsi Xavier Darcos. "J’entends la révolte qui gronde", enchaîne Rachida Dati, "d’une nouvelle société", continue Jean-Pierre Raffarin.

De Valérie Pécresse, chez de file de l’UMP pour les régionales en Ile-de-France, tout de blanc vêtue, à Christine Lagarde, ministre de l'Economie, les participants n'hésitent pas à accompagner de gestes les paroles de la chanson. Des gestes qui rappellent étrangement un autre lipdub, celui d’Europe Ecologie pour les élections européennes de juin dernier.

Regardez- la vidéo :

 


Le lipdub de campagne d’Europe Ecologie avait été visionné plus de 100.000 fois sur le web et était passé en boucle sur les chaînes de télévision. Une perspective qui a sans doute alléché l'UMP.

 


Avec Hélène Favier d'Europe 1

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 07:59

Jacques Bigot, président de la CUS, tête de liste PS aux régionales, a envoyé une longue lettre ouverte à Nicolas Sarkozy dont voici les extraits significatifs :
Jacques Bigot souhaite « la bienvenue » au président dans une Alsace qui « cultive le respect des institutions et le goût du dialogue », dont les habitants cependant « ne croient guère au père Noël » mais ont « beaucoup de mémoire. Ils n'ont oublié ni vos discours d'une campagne où "travailler plus pour gagner plus" était votre credo, ni les promesses et engagements » du conseil des ministres décentralisé des 6 et 7 septembre 2007.

"Quand on veut, on peut" aviez vous martelé devant les ouvriers de l'usine Liebherr à Colmar, ajoutant "qu'un pays qui laisse partir ses usines et disparaître les ouvriers est un pays qui se renie" et que "l'industrie fait partie de nos racines". Vous devez savoir Monsieur le président que, deux ans plus tard, l'usine Liebherr souffre. Elle a renvoyé progressivement jusqu'au dernier de ses 220 intérimaires ; 175 postes de travail ont disparu. Cette usine n'est pas un cas isolé, c'est tout le tissu économique alsacien, et son industrie au premier plan, qui peine. Aujourd'hui, le taux de chômage dans notre région est à son plus haut niveau depuis 25 ans ! Les Alsaciens n'en sont plus à vouloir travailler plus, mais simplement à espérer conserver leur emploi ou à en retrouver un ».

Jacques Bigot décrit ensuite une situation économique « grave qui ne peut plus se payer de mots » et un marché du travail qui se dégrade, « fruits d'une crise, certes mondiale, mais aussi d'une politique et d'une philosophie qui sont les vôtres. C'est cette question, centrale, et sur laquelle vous ne vous exprimez plus guère, qui doit faire l'objet de tous les débats et être au centre de l'action publique dans les prochains mois, sans chercher à détourner l'attention avec de faux sujets, ou à remettre sur le devant de la scène de vieilles recettes trop souvent utilisées en période électorale ».
Il conclut sur les collectivités qui ne baissent pas les bras, assurant 73 % de la commande publique. « De toutes ces questions, j'aurais bien aimé vous entretenir, Monsieur le président. Malheureusement nous n'en aurons pas l'occasion puisqu'il semble que votre venue en Alsace n'a pas pour objet les préoccupations de l'emploi mais celles, plus comptables, d'un emprunt qui va augmenter le poids de la dette et d'autres, plus prosaïques, intéressant uniquement l'UMP locale ».

 

C. K.
Édition du Dim 6 déc. 2009. DNA
 
 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Cédric Marchal
  • : Un regard sur l'actualité et une vision de la gauche française...mais également une certaine Sarkophobie! Pour me contacter : popote67@neuf.fr
  • Contact

LES PROCHAINES MUNICIPALES SE DEROULERONT EN 2014...C'EST A DIRE DEMAIN!

NE LAISSEZ PAS PASSER VOTRE CHANCE CETTE FOIS CI !!

SOYONS REALISTES, DEMANDONS L'IMPOSSIBLE

LE CHANGEMENT EST POSSIBLE !!!

Recherche