Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 21:31

Analyse des élections européennes du 7 juin :


L'analyse que peux tirer de ce scrutin est le manque de volonté de communication du PS National après la signature du Manifesto et la signature des 27 partis socialistes (PSE). Cette signature a été vécu, je pense comme un aboutissement de quelque chose. Alors que bien au contraire cela aurait du être un point de départ. Le POINT de départ de la campagne électorale.


A contrario, le PS français et plus généralement européen a juste communiqué que la signature et non pas ce comprend ce Manifeto. J'ai le sentiment que la signature apposée en bas du document, en mars 2009, si mais souvenirs sont bons, le PS français est tombé dans l'anti-sarkosysme primaire afin de récupérer les sympathisants de Bayrou, autoproclamé « meilleur opposant à Sarkozy ».


Pour ma part, je trouve que la campagne au niveau du grand Est a été bien géré dans les sections. La section de Saverne et de l'Alsace Bossue semblent avoir bien joués le jeu. Plusieurs manifestations ont été réalisées et des tractages de masse ont également été organisés. Mais aucune communication au niveau national n'a été possible pour les colistiers du Grand Est. Les seules émissions où ces derniers ont réussit à communiquer ont été des émissions très tardives (pas avant 23h) et simplement au niveau local. Catherine Trautmann n'ayant pas été invité sur aucun plateau de télévision ou une seule émission de radio nationale ! ! !


Le PS national n'a même pas daigné soulevé le problème de cette non représentativité au niveau national.

Autre point soulevé par Cohn Bendit, c'est qu'à chaque intervention du PS, nous avons eu droit soit à la maîtresse de cérémonie, Martine Aubry, soit aux déchirement du PS et la réconciliation « mascarisé » entre Aubry et Royal, soit les franc tireurs du PS qui n'ont pensés qu'à une seule chose après la gifle du 7 juin....tirer à boulet rouge sur la direction du PS ! !


Concernant le chantier que le PS doit mettre en œuvre le plus rapidement possible est, pour moi, la capacité aux citoyens Français, et européen, de réfléchir et de penser par soit même. Actuellement, les français ne lisent plus (le dernier article d'Aubry sur les élections faisait 7 pages ! !), ne réfléchissent plus (les politiques du PS font dorénavant le jeu des questions - réponses du type : « il y a un problème....pourquoi ? »....et ils donnent dans la foulée la réponse. La question ne devrait elle pas rester en suspend et commencer par « pourquoi il y a un problème ? ») Sarkozy est devenu très fort dans le jeu des questions - réponses mais il enferme l'interlocuteur dans une unique réponse, du genre : « êtes vous d'accord pour que votre fille, votre sœur ou votre mère soit violée par des bandes de jeunes avec des cagoules ? » .


A mon avis c'est là que le PS doit travailler. Le PS est historiquement le parti des « intellectuelles », actuellement, il devient le parti de ses simples militants.

Repost 0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 22:00

A l'issue du conseil national, convoqué ce mardi pour tirer les leçons du fiasco électoral des européennes, la première secrétaire Martine Aubry, pressée par ses camarades de redresser la barre, a ébauché sa feuille de route.

Libération.fr

Martine Aubry, dimanche soir à Solférino, après l'annonce des résultats aux élections

Martine Aubry, dimanche soir à Solférino, après l'annonce des résultats aux élections européennes. (Gonzalo Fuentes / Reuters)


«Six mois pour changer de cap»
et réaliser une triple «refondation»: c’est le traitement prescrit au PS par sa première secrétaire, au surlendemain de sa déculottée électorale. A l’issue d’un conseil national convoqué à Paris pour tirer les leçons du piteux 16,48% enregistré dimanche, Martine Aubry a tracé sa feuille de route et souhaité une «refondation des idées, refondation à gauche, mais aussi profonde refondation de nos pratiques, nos démarches personnelles et collectives».

«Notre parti a subi une importante défaite électorale, nous devons en comprendre les causes et en tirer toutes les conséquences», a-t-elle reconnu en ouverture d’un discours prononcé à huis clos, mais distribué par son équipe.

«Nous avons six mois pour changer de cap», a lancé la maire de Lille, dont le calendrier comprend l’annonce d’une «nouvelle gouvernance» dans «les prochains jours» ainsi que, «dans les jours qui viennent, l’engagement de discussions avec l’ensemble de la gauche».

Fin août aux Universités d’été à La Rochelle, seront dévoilés les premiers éléments de lancement du projet. Puis, avant la fin de l’année, Aubry prévoit «une grande convention sur le nouveau développement social, économique et écologique».

«Il faut faire preuve d’audace»

Depuis la bérézina des européennes, les appels des socialistes à engager au plus vite une profonde rénovation de leur parti tournaient en boucle.

Ainsi les députés PS, réunis ce mardi matin pour leur point hebdomadaire, ont dit attendre des «propositions offensives» de la part d'Aubry. «Je lui fais confiance. Il faut faire preuve d’audace. Nous avons reçu une leçon sévère. On n’a pas le choix: il faut que cette leçon soit comprise et que le PS réponde à l’attente de l’électorat», a intimé Jean-Marc Ayrault pour lequel «reconstruire» passe impérativement par la question de «l’unité» des socialistes.

«On ne doit pas rester comme ça simplement, dans un appel à l’unité», a pour sa part pévenu François Hollande sur RTL. L’ex-numéro du PS a appelé ses camarades à faire des «transformations», dans sa première réaction depuis dimanche: «Il faut être capable au-delà de l’unité nécessaire de faire les transformations, les changements, et surtout de ne pas additionner les propositions, les revendications pour plaire à tout le monde.»

«Direction resserrée»

Gaëtan Gorce et Aurélie Filippetti ont, eux, suggéré la tenue, à la rentrée, d’«Etats généraux du renouveau» pour définir un «nouveau projet» mais ont déploré «qu’il ait fallu en arriver, une nouvelle fois, à un fiasco électoral pour que chacun s’accorde enfin à considérer qu’un changement en profondeur doit être engagé». Troisième sur la liste de l’Est, Filippetti, qui n’a pas été élue dimanche, plaide pour une «direction resserrée»

Selon l’eurodéputé Vincent Peillon, dans une interview au Monde, Aubry doit aussi mettre en place «un nouveau dispositif» à la direction du PS: «Il est indispensable de proposer une nouvelle direction afin de la rééquilibrer et de la muscler.»

Aubry avait, entre autres, songé à Pierre Moscovici pour intégrer cette nouvelle équipe, selon ce dernier qui s’est dit prêt à «s’investir dans la rénovation intellectuelle du parti». Parlant d’un «pacte de confiance bilatéral» avec la dirigeante socialiste, le député du Doubs a tout de même posé ses «conditions»: la garantie de conserver sa «liberté de pensée», le «programme de travail, des primaires et un changement significatif de gouvernance».

Consultant à tour de bras, depuis dimanche, la première secrétaire avait rencontré mardi matin Ségolène Royal. Son ancienne rivale du congrès de Reims l’a assuré de son soutien pour des initiatives allant dans le sens d’une «transformation radicale» du PS. Après avoir affiché - tardivement - leur unité, lors d’un meeting commun dans le cadre de la campagne, les deux responsables sont convenues d’intervenir de concert dans les «moments forts du Parti».

Repost 0
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 18:02

C'est tombé, c'est fait, c'est terminé, le PS vient de prendre une veste assez mémorable pour ces élections européennes. Une veste, que dis-je, une déroute.

Avec seulement 16,48 % des votes, la liste du PS se retrouve deuxième, mais avec la bagatelle de 11,41 points de retard avec l'UMP (27,87) et seulement 0,2 point d'avance devant Europe Ecologie (16,28%). Franchement pas de quoi en faire une gloriole. Dans le grand EST, le PS ne seradonc représenté que part deux euro-députés : Catherine TRAUTMAN (Alsace) et Liêm HOANG NGOC (Champagne Ardennes)

Mais quelques ont été les lacunes du PS National et j'insiste bien sur l'adjectif NATIONAL. Mis à part quelques meetings et la signature avec le groupe européen du PS, le PSE, pas grand chose a été fait pour mobiliser l'électorat de gauche et en particulier du PS.

Alors certes sur le terrain, les "petites mains" se sont activées, mais si le national ne porte pas la bonne parole à l'écran, cela ne sert plus à grand chose. Un exemple simple, pas une seule fois Cathtrine Trautmann a été invité sur un plateau de télévision national. Résultat, pas un véritable vécu du terrain, des phrases toutes faites sur l'Europe et les européens, pas une réelle motivation pour porter la voix du PSE, qui est soit dit en passant est un fabuleux moyen de fédérer les européens sur un thème commun dans les 27 pays.

Mais non, rien ou si peu. Pas de proposition réelles étayés, pas de soutien massif des "grands" dirigeants du PS. Autrefois c'était les éléphants, maintenant ils sont presque tous morts politiquement, mais les jeunes coqs n'ont malheureusement pas fait mieux !!

Que les choses soit clairs, je ne veux pas du retour du PS à papa, je veux juste une prise en compte rapide et totale, par les pensionnaires de la rue de Solférino, des réalités de terrain. Qu'ils s'imprègnent de nouveau de l'esprit de la gauche. Qu'ils défendent fortement les idées de gauche. L'anti-Sarkhow est de toute façon fait sur internet ou par d'autres moyens de communication innovant. Les dirigeants du PS doivent maintenant sortir de cet anti-bling-bling primaire et réfléchir calmement, proposer des idées claires et constructives aux Français et aux européens. Ils doivent maintenant montrer le véritable visage du PS, ce qui a fait sa force voici maintenant 28 ans...punaise, 28 ans !!!

Un leader charismatique doit enfin se dégager du lot, arrêtons les guerres intestines, prenons une icône, quelqu'un qui puisse enfin défendre nos valeurs. Regardons l'UMP ! Bien que je ne peux pas supporter ce parti, mais un "chef" a réussit à se démarquer, se faire respecter et résultat, même si les français n'approuvent pas forcément sa politique, ils le suivent uniquement parce qu'il a su rassembler. Et le français, bien que râleur, est tout de même un mouton qui suit gentillement le chef de meute. Il se sent rassurer d'être ainsi porté.

Et pour cela, il continu le travail de sape de Chirac, c'est à dire de tout faire avec l'Education Nationale pour avoir une génération de boeufs totalement dévouée à sa cause !!


RESLUTATS ELECTIONS EUROPENNES A ERNOLSHEIM LES SAVERNE



  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 518    
Abstentions 321 61,97  
Votants 197 38,03  
Blancs ou nuls 10 1,93  5,08
Exprimés 187 36,10  94,92




Liste conduite par Voix % Exprimés
M. Yvan ZIMMERMANN (LEXG) 4 2,14
Mme Catherine TRAUTMANN (LSOC) 21 11,23
M. Fabien TSCHUDY (LAUT) 1 0,53
Mme Claire ROCHER (LEXG) 5 2,67
M. Thomas CUERQ (LAUT) 0 0,00
M. Joseph DAUL (LMAJ) 47 25,13
Mme Sandrine BELIER (LVEC) 42 22,46
M. Jean-Pierre GERARD (LDVD) 5 2,67
M. Bruno GOLLNISCH (LFN) 8 4,28
M. Christophe BEAUDOUIN (LDVD) 3 1,60
Mme Marie-Laurence CHANUT (LDVG) 0 0,00
M. Antonio SANCHEZ (LEXG) 0 0,00
M. Christian BRAGA (LDVD) 0 0,00
M. François GUERIN (LAUT) 0 0,00
M. Antoine WAECHTER (LAUT) 15 8,02
Mme Hélène FRANCO (LCOP) 3 1,60
Mme Catherine BAHL (LDVG) 0 0,00
M. Jean-François KAHN (LCMD) 33 17,65
Mme Sandrine PICO (LAUT) 0 0,00


RESULTATS A SAVERNE

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 7 298    
Abstentions 4 432 60,73  
Votants 2 866 39,27  
Blancs ou nuls 88 1,21  3,07
Exprimés 2 778 38,07  96,93




Liste conduite par Voix % Exprimés
M. Yvan ZIMMERMANN (LEXG) 84 3,02
Mme Catherine TRAUTMANN (LSOC) 370 13,32
M. Fabien TSCHUDY (LAUT) 5 0,18
Mme Claire ROCHER (LEXG) 20 0,72
M. Thomas CUERQ (LAUT) 0 0,00
M. Joseph DAUL (LMAJ) 993 35,75
Mme Sandrine BELIER (LVEC) 514 18,50
M. Jean-Pierre GERARD (LDVD) 43 1,55
M. Bruno GOLLNISCH (LFN) 170 6,12
M. Christophe BEAUDOUIN (LDVD) 82 2,95
Mme Marie-Laurence CHANUT (LDVG) 0 0,00
M. Antonio SANCHEZ (LEXG) 0 0,00
M. Christian BRAGA (LDVD) 10 0,36
M. François GUERIN (LAUT) 0 0,00
M. Antoine WAECHTER (LAUT) 145 5,22
Mme Hélène FRANCO (LCOP) 33 1,19
Mme Catherine BAHL (LDVG) 0 0,00
M. Jean-François KAHN (LCMD) 309 11,12
Mme Sandrine PICO (LAUT) 0 0,00


RESULTATS BAS RHIN



  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 735 153    
Abstentions 441 814 60,10  
Votants 293 339 39,90  
Blancs ou nuls 11 362 1,55  3,87
Exprimés 281 977 38,36  96,13




Liste conduite par Voix % Exprimés
M. Yvan ZIMMERMANN (LEXG) 10 730 3,81
Mme Catherine TRAUTMANN (LSOC) 44 782 15,88
M. Fabien TSCHUDY (LAUT) 924 0,33
Mme Claire ROCHER (LEXG) 2 997 1,06
M. Thomas CUERQ (LAUT) 11 0,00
M. Joseph DAUL (LMAJ) 94 791 33,62
Mme Sandrine BELIER (LVEC) 46 751 16,58
M. Jean-Pierre GERARD (LDVD) 3 924 1,39
M. Bruno GOLLNISCH (LFN) 21 651 7,68
M. Christophe BEAUDOUIN (LDVD) 7 711 2,73
Mme Marie-Laurence CHANUT (LDVG) 1 0,00
M. Antonio SANCHEZ (LEXG) 24 0,01
M. Christian BRAGA (LDVD) 826 0,29
M. François GUERIN (LAUT) 43 0,02
M. Antoine WAECHTER (LAUT) 14 398 5,11
Mme Hélène FRANCO (LCOP) 4 225 1,50
Mme Catherine BAHL (LDVG) 86 0,03
M. Jean-François KAHN (LCMD) 28 029 9,94
Mme Sandrine PICO (LAUT) 73 0,03


RESULTATS NATIONAUX

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 44 282 679    
Abstentions 26 282 225 59,35  
Votants 18 000 454 40,65  
Blancs ou nuls 781 480 1,76  4,34
Exprimés 17 218 974 38,88  95,66




Nuances de listes Voix % Exprimés Sièges
Listes d'extrême-gauche (LEXG) 1 050 170 6,10  
Listes du PCF et du Parti de gauche (LCOP) 1 041 755 6,05 4
Listes du Parti socialiste (LSOC) 2 837 674 16,48 14
Listes divers gauche (LDVG) 81 045 0,47 1
Listes des Verts (LVEC) 2 802 950 16,28 14
Listes régionaliste (LREG) 42 969 0,25  
Autres liste (LAUT) 768 375 4,46  
Listes centre-MoDem (LCMD) 1 455 225 8,45 6
Listes de la majorité (LMAJ) 4 798 921 27,87 29
Listes divers droite (LDVD) 1 160 933 6,74 1
Listes du Front national (LFN) 1 091 681 6,34 3
Listes d'extrême-droite (LEXD) 87 276 0,51  
En raison des arrondis à la deuxième décimale, la somme des %Exprimés peut ne pas être égale à 100,00% .
Repost 0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 07:26

Quel festival a ton pu assister hier sur la chaîne du service public France 2. Notre bonne madame Chabot n'a eu aucune emprise sur ce pseudo débat sur l'Europe.

Ce fut un brouaha constant ! Sur les presque trois heures d'émission, tout ce qui est en une des journaux c'est l'altercation entre Cohn Bendit (Europe Ecologie) et Bayrou (MoDem). L'un le traitant de pédophile et l'autre lui répondant qu'il ne sera jamais président de la république car c'est "un minable". Avec ça on a vachement avancé sur l'importance de l'Europe!!!

Entre deux invectives du caniche du FN et du Fou du Puy, on a entendu deux trois mots d'Europe. Ce que l'on pu également entendre c'est le consensus des 7 participants contre l'UMP et son représentant le St Bertrandus Xavier !! Le numéro 1 de l'UMP a menti absolument sur tous les sujets. La Turquie, le SMIC Européen, le changement de l'Europe.....

Deux seuls candidats se sont montrés relativement respectueux des autres protagonistes : Olivier Besancenot (pourtant révolutionnaire !!) et Martine Aubry. Sur Martine Aubry, sur le coup j'ai été déçu de la voir partir avant la fin de l'émission. Mais quand le générique de fin a défilé sur l'écran, j'étais plutôt soulagé quelle ne soit pas associé à cette mascarade de débat.

Franchement, après cette émission, je me suis demandé l'intérêt de celle-ci !? Comment motiver les Français, qui ne le sont déjà pas beaucoup d'après les sondages, à aller au urnes ce dimanche 7 juin !!!

Pour essayer de les motiver, je ne dirais qu'une chose. Regarder, écouter, analyser avant de vous faire une opinion sur les belles paroles de la droite et les sirènes de la révolution de l'anticapitaliste. Mais quelque soit votre choix, VOTEZ !!!!!
Repost 0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 22:30
Repost 0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 16:30

L’immigration est un des grands défis auxquels font face les Etats de l’Union européenne. Comme progressistes européens nous avons le devoir de l’aborder à partir de nos valeurs de justice, de démocratie, de défense des droits de l’homme et de solidarité.

Le défi est à la fois de lutter contre l’immigration clandestine et la traite des êtres humains, de garantir une politique juste d’accueil des réfugiés pour tous ceux qui fuient la persécution, d’organiser une immigration légale équitable et responsable répondant aux besoins de main d’oeuvre de l’Europe et respectant les droits des immigrés, et de faciliter l’intégration des immigrés dans leur nouvelle communauté avec les mêmes droits et obligations.

Nous comprenons les préoccupations exprimées par les citoyens vis-à-vis de l’immigration. C’est aussi la raison pour laquelle nous appelons à des réformes. La solution ne consiste pas à créer des ghettos ou à tomber dans la xénophobie ; elle passe par de réelles réformes pour garantir l’intégration des migrants, lutter contre l’immigration clandestine et la traite des êtres humains et oeuvrer pour améliorer les conditions de vie dans les pays non-européens les plus pauvres, tout en empêchant la fuite des cerveaux à partir des pays en développement.

Gérer l’immigration pour le progrès :

45. Nous proposons d’établir des règles communes pour l’immigration légale dans l’Union européenne, sur la base de la solidarité et du juste partage des efforts d’accueil, en respectant pleinement les compétences des Etats membres dans ce domaine.

46. Nous proposons d’élaborer une Charte européenne pour l’intégration des immigrés, fondée sur l’égalité de droits et de responsabilités et sur le respect mutuel, pleinement cohérente avec les politiques d’admission au séjour. Nous voulons une politique d’intégration formant un processus continu d’inclusion citoyenne et de droit à l’expression, donnant à toute personne les mêmes droits et les mêmes obligations. Une attention particulière doit être portée à l’intégration des femmes, des jeunes et de la population rom en Europe. Nous proposons donc de développer une action à tous les niveaux adaptés (local, régional, national ou européen) comportant notamment une formation linguistique et culturelle, facilitant la pleine intégration des immigrés dans leur nouvelle communauté.

47. Nous proposons d’augmenter l’effort européen de lutte contre l’immigration clandestine, par une stratégie commune de contrôle aux frontières extérieures, une coopération accrue contre la traite des êtres humains menée par les réseaux criminels, et des accords de partenariat avec les pays d’émigration et de transit, incluant notamment les procédures de réadmission.

48. Nous nous engageons à renforcer la coopération avec les pays tiers (y compris sur la question des procédures de réadmission) afin de gérer l’immigration de façon plus efficace tout en soutenant leur développement social et économique. Nous proposons de renforcer et d’étendre les mécanismes destinés à compenser le préjudice causé aux pays endéveloppement par le départ vers l’Union européenne de travailleurs qualifiés indispensables à leur économie.

49. Nous soutenons le développement du Système commun européen d’accueil des réfugiés, fondé sur des normes de droit d’asile équitables pour tous ceux qui fuient la persécution, dans le
respect des obligations internationales en matière de droits de la personne humaine, et dans un juste partage des charges d’accueil entre Etats membres de l’Union.

Notre plan européen de réformes progressistes est essentiel pour une politique d’immigration juste et réaliste, appuyée sur la coopération des Etats. Nous n’y parviendrons qu’en nous appuyant sur une solide majorité progressiste en Europe.

Repost 0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 21:37

Les élections européennes se dérouleront le 7 juin prochain et chaque voix compte.

Beaucoup de nos concitoyens ne peuvent pas aller voter en ce week-end. Les procurations s'avèrent donc décisives !

Procédure à suivre pour voter par procuration :

1. L'électeur désigné pour voter à la place du citoyen absent, doit être inscrit sur les listes électorales dans la même commune que ce dernier (pas forcément dans le le même bureau de vote). C’est à la personne qui donne procuration que revient le devoir de prévenir le mandataire, que ce dernier vote en son nom lors du prochain scrutin.

2. La procuration s'établit à la gendarmerie, au tribunal d'instance ou au commissariat.

3. Le citoyen qui souhaite donner procuration se présente avec sa carte d'identité ou son passeport et doit donner comme motif soit un déplacement professionnel, soit un départ en vacances. Il établit une attestation sur l'honneur indiquant le motif de l'empêchement. Les personnes résidant en dehors des frontières françaises doivent s'adresser au consulat ou à l'ambassade de France. Dans le cas d'un problème de santé ou d'invalidité empêchant le déplacement, et sur demande écrite, un officier de police peut se déplacer au domicile indiqué afin d'établir la-dite procuration. Un justificatif d'infirmité ou un certificat médical doit impérativement être joint à la demande de déplacement à domicile.

4. Attention, une seule procuration par personne !

Téléchargez le PDF d'explications

Vous pouvez agir ! Proposez à vos amis, sur les réseaux sociaux ou directement de prendre leur procuration s'ils ne peuvent pas aller voter !

Repost 0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 11:08

Des progrès significatifs ont été accomplis ces dernières années vers une véritable égalité entre les hommes et les femmes, en grande partie grâce aux efforts des socialistes, des sociaux-démocrates et des démocrates progressistes en partenariat avec les organisations de femmes progressistes.

Pourtant des inégalités persistent : les femmes gagnent encore, en moyenne, 15% de moins que les hommes pour un même travail ; elles sont plus exposées au chômage, sont découragées d’entrer dans le marché du travail par le manque d’emplois adaptés à leur situation et se retrouvent souvent dans des postes sous-rémunérés, sous-qualifiés ou à temps partiel. Des millions de femmes dans le monde souffrent encore de l’exploitation et de la violation de leurs droits, qui se manifestent dans le trafic d’être humains, la violence familiale, d’autres agressions encore.

Plus d’un demi-siècle après avoir acquis le droit de vote et l’éligibilité, les femmes n’ont pas encore leur véritable place sur la scène politique en Europe.

Dans certains pays d’Europe, les hommes n’ont presque aucun droit au congé parental à la naissance de leurs enfants. Les femmes doivent souvent choisir entre avoir des enfants ou poursuivre la carrière qu’elles ont choisie. Les familles de travailleurs ont de grandes difficultés à concilier responsabilités professionnelles et personnelles. Nous pouvons changer la donne : les pays européens qui sont allés le plus loin dans la reconnaissance de droits effectifs pour les femmes sont ceux qui aujourd’hui comptent le plus de femmes en activité et constatent aussi les meilleurs taux de natalité. Nous avons également mené une campagne sans relâche au niveau local, régional et national pour augmenter le nombre de places d’accueil de la petite enfance. Nous continuerons à lutter contre les stéréotypes sexistes et nous croyons que le renforcement des droits effectifs des femmes sera facteur d’importantes avancées sociales, économiques et démocratiques pour tous les Européens.

Faire de l’égalité entre les sexes une réalité pour tous :

36. Nous proposons de créer une Charte Européenne des Droits de la Femme pour améliorer les droits effectifs des femmes dans toute l’Union européenne et pour établir des mécanismes assurant l’égalité hommes-femmes dans tous les domaines de la vie sociale, économique et politique.

37. Nous proposons d’établir des droits améliorés au congé parental pour les hommes et les femmes en Europe en s’alignant sur les droits actuels les plus favorables.

38. Nous ferons campagne pour une représentation politique paritaire entre hommes et femmes dans toutes les instances européennes de décision, notamment pour une représentation paritaire entre hommes et femmes au sein de la Commission européenne et du Parlement européen, et nous appellerons à la création d’un poste de commissaire européen à l’égalité hommes-femmes.

39. Nous entendons aider les parents à concilier leurs responsabilités familiales et professionnelles. Pour cela, nous proposons que tous les Etats membres s’obligent à atteindre l’objectif européen déjà fixé de 33 % d’enfants de moins de 3 ans accueillis dans les services de petite enfance et de 90% de scolarisation en classes maternelles ; et qu’ils se donnent en outre des objectifs de qualité d’accueil.

40. Nous serons au premier rang de la lutte pour l’élimination des écarts salariaux entre hommes et femmes, condition essentielle pour améliorer les conditions de vie, réduire la pauvreté et accélérer la croissance.

41. Nous proposons d’encourager et d’appuyer les femmes chefs d’entreprise, les femmes scientifiques et les chercheuses en leur donnant accès à des opportunités accrues.

42. Nous garantirons et défendrons les droits des femmes en matière de vie sexuelle et de santé reproductive dans toute l’Union européenne.

43. Nous proposons de développer les moyens européens de lutte contre le trafic d’êtres humains et l’exploitation sexuelle des personnes en intensifiant la coopération judiciaire et policière.

44. Nous proposons d’encourager et de soutenir l’Union et les Etats membres dans la lutte pour l’élimination de la violence domestique et des violences dirigées contre les femmes, notamment celles frappant les femmes issues de minorités ethniques, à travers tous les programmes et fonds européens pouvant y contribuer.

Notre plan européen de réformes progressistes est essentiel pour faire triompher, en poursuivant le travail que nous avons déjà mené, l’égalité entre les sexes au bénéfice des femmes comme des hommes.

Repost 0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 21:28
Cher(e) Camarade,

Le 7 juin, les Français sont appelés aux urnes pour les élections européennes.

L’enjeu de cette élection est historique.
La droite a fait de cette Europe un grand marché mettant en concurrence les biens mais aussi les services publics, les territoires ainsi que les hommes et les femmes. Nous, nous souhaitons retrouver l’Europe, cette grande aventure humaine au service de la paix, de la justice et de la démocratie.

Avec les partis socialistes et sociaux-démocrates des 27 pays de l’Union européenne, nous nous sommes unis pour la première fois pour présenter ce manifeste, cet autre modèle de société, que vous défendez depuis des semaines devant les Français.

Dans ces derniers jours, il faut continuer à défendre avec force nos propositions, seules à même de mettre un coup d’arrêt au libéralisme, en Europe bien sûr, mais aussi en France.

Au Parlement européen, la droite cherche à être reconduite pour continuer la politique mise en œuvre depuis 2004.
Ce qui se profile, avec l’appui de l’UMP et du MODEM, ce sont de nouvelles remises en cause des services publics, la privatisation de la santé et une nouvelle vague de libéralisation du marché du travail…

En France, c’est maintenant sûr, la droite prépare un nouveau tour de vis social pour l’après 7 juin. L’amendement Lefebvre sur le travail des malades et des femmes enceintes en constitue un avant-goût. D’autres mesures suivront : la hausse du coût de la santé, les fermetures de bureaux de postes, les baisses d’effectifs dans la fonction publique ou l’allongement de la durée de cotisation nécessaire pour une retraite à taux plein…

En France comme en Europe, il faut une gauche forte et unie pour empêcher ces nouvelles régressions et imposer une autre politique qui en Europe combattra la crise avec un vrai plan de relance de 100 milliards, créant 10 millions d’emplois verts et un bouclier social de reconquête des services publics.

Nicolas Sarkozy et l’UMP ont d’abord cherché à étouffer le débat. Ils tentent aujourd’hui de le détourner avec les leurres qu’ils ressortent à chaque élection : la sécurité, l’immigration ou la xénophobie (question de la Turquie). Dans ce contexte, il n’a pas été facile de mener campagne sur les vrais enjeux et les questions de fond.

Nous avons réussi malgré tout à installer la campagne et elle bénéficie désormais d’une vraie dynamique.
Les grands meetings nationaux de Toulouse, de Strasbourg, de Saint-Étienne, de Marseille, de Nantes ont réuni des milliers de personnes, alors que l’UMP tient les siens devant des salles vides et froides.

Des réunions ont lieu dans toute la France, tous les jours, avec nos candidats. Ils vont à la rencontre des Français dans tous les territoires, dans toutes les villes, dans tous les quartiers.

L’unité est là, comme l’a montré encore notre réunion à Nantes, la semaine dernière, avec Ségolène Royal, comme avant à Clermont-Ferrand avec François Hollande, à Paris avec Bertrand Delanoë, à Marseille avec Vincent Peillon. Unité des socialistes français, mais aussi unité de la famille socialiste européenne que nous avons eu la fierté de réunir à Toulouse pour le lancement le même jour, dans le même pays –le nôtre- cette campagne européenne.

Cette dynamique porte ses fruits. Les commentaires sur les sondages ont remplacé le débat sur l’Europe que la droite ne veut pas. Si nous devons retenir des leçons de ces sondages, c’est d’abord la défaite annoncée de l’UMP et ainsi que le risque d’abstention et de dispersion des voix de gauche.

Des marges de progression existent. Près d’un Français sur deux n’a pas décidé s’il allait voter ou non, ni fait définitivement son choix. Et près d’un Français sur quatre le fera au tout dernier moment. Oui, tout confirme que dans une élection comme celle-ci, tout se décide dans la dernière semaine.

Beaucoup de Français restent encore perplexes. Ils ne voient pas suffisamment l’importance de l’élection. Tout dépendra de notre capacité d’entraînement dans la dernière ligne droite. Nous en faisons toujours l’expérience. Quand on explique les vrais enjeux, quand on expose nos propositions, nos concitoyens se montrent prêts à nous soutenir.

Ta mobilisation est essentielle pour que nous soyons collectivement au rendez-vous : elle peut faire la différence, chaque voix va compter. Notre Parti a une force que nul autre ne possède : celle de ses militants et ses élus.

Dans cette dernière ligne droite, chacun doit concentrer ses efforts sur deux priorités.

 

  •  La première, la plus essentielle, est de faire voter notre électorat. L’abstention est le plus grand danger qui nous guette. Il faut aller là où sont nos électeurs, par téléphone, en porte à porte, dans des pieds d’immeubles ; tous les moyens sont bons. A chacun de se mobiliser.
  •  La deuxième priorité est de rappeler que l’élection européenne ne laisse pas place aux hésitations. La dispersion est le deuxième danger pour la gauche. Le mode de scrutin - à un seul tour, à la proportionnelle et avec des listes régionales - est ainsi fait que les listes qui feront moins de 8 à 10% n’auront aucun élu au parlement européen. Il faut l’expliquer à tous.

    Ainsi, les voix qui se seront portées sur ces listes seront perdues pour la gauche.
    Nous devons faire appel à toutes les voix de gauche pour voter socialiste car seul le parti socialiste avec ses alliés européens est en mesure de renverser la majorité actuelle et donc de changer l’Europe.


Il nous reste 7 jours pour convaincre, 7 jours pour être au rendez-vous historique du changement en Europe, 7 jours pour retrouver cette Europe de justice, de paix, de solidarité que nous aimons.

Je compte sur toi pour aller chercher une à une les voix qui feront la différence dans les urnes le 7 juin.

      Amitiés socialistes,
      Martine Aubry

Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 21:31


















Voilà, le meeting de REZE est terminé et le tout sans fausses notes. Cela fait quand même plaisir de voir le parti socialiste enfin unifié et mettre un peu de côté leurs rancoeurs ! Bon, il est vrai que les tractations d'avant rencontre entre Aurby et Royal furent âpres, mais bon le résultat et là !!

Mais comme d'habitude, l'UMP critique ce débat !! Mais le pire de tout c'est de voir et d'entendre de qui vient les critiques !!!

Mais si, bien sur, de Lefebvrebull terrier !! Il a  ironisé sur le meeting qui a scellé ces retrouvailles, présentant l'événement comme le "vide des mots et le flop des photos". Il est vrai qu'il est fort en maux le gaillard !!!

Selon lui, "que la première secrétaire du deuxième parti de France en soit réduite, à la veille des élections européennes, à persévérer dans l'anti-sarkozysme primaire, et pratiquer des attaques personnelles, montrent l'ampleur du vide des idées au PS".

Pour ma part je pense qu'il faut mieux avoir un peu moins d'idée, mais bien pensée, que de dire la première chose qui passe par la tête et croire que c'est l'idée du siècle (suppression de la TP, les malades au travail, des policiers dans les écoles.....vous en voulez encore?)

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Cédric Marchal
  • Le blog de Cédric Marchal
  • : Un regard sur l'actualité et une vision de la gauche française...mais également une certaine Sarkophobie! Pour me contacter : popote67@neuf.fr
  • Contact

LES PROCHAINES MUNICIPALES SE DEROULERONT EN 2014...C'EST A DIRE DEMAIN!

NE LAISSEZ PAS PASSER VOTRE CHANCE CETTE FOIS CI !!

SOYONS REALISTES, DEMANDONS L'IMPOSSIBLE

LE CHANGEMENT EST POSSIBLE !!!

Recherche